Maryam : La Fibromyalgie, oui, mais la tête pleine de projets !

5 Permalink 2

Première visite ? N'oublie surtout pas de télécharger ton livre
et retrouve confiance en toi en 7 étapes essentielles

Salamoua'laykoum, Hello, Bonjour !

 

Comme promis, voici la première interview de notre sœur en Islam ou en Humanité : Maryam Farghab, atteinte de fibromyalgie.

 

Alors, je t'explique, Maryam, c'est mon coup de cœur WMA. Oui, souviens-toi, j'ai fait cette superbe formation que j'ai commencée l'année dernière et qui m'a énormément apporté, plus que ce que je n'aurais pu imaginer.

Alors, dès le départ, j'ai été séduite par son enthousiasme, sa bonne humeur contagieuse, son sourire qui traverse l'écran. Tu l'auras compris, je suis tombée amoureuse de Mam's ^^

Sa passion ?

Et bien, il y a la cuisine, le développement personnel, chaque personne qui s'adresse à elle, le bien-être de la femme, le bien-être de l'épouse ou encore la communication dans le couple...

Son objectif ?

T'écouter, t'aider à trouver les clés qui te permettront seule, d'aller bien, d'être bien dans tes baskets, bien dans ta tête et souriante.

Sa spécialité ?

Elle... juste, elle.

 

Maryam, c'est l'amie que tu souhaiterais avoir à tes côtés. Celle à qui tu aimerais faire un câlin, celle à qui tu aimerais parler le soir avec un bon thé. C'est aussi celle à qui tu racontes tes soucis, et qui t’écoutera sans te juger, sans s'offusquer, sans t'imposer son avis. Avec douceur, avec sérénité, elle t'aidera à trouver solution à ton problème, et ce, sans qu'elle n'y mette son grain de sel !

Et ça, crois-moi, c'est rare. Être écoutée, sans être interrompue par des questions, par des réflexions ou des remarques, c'est déjà très précieux. Mais quand en plus, en face, par de simples mots, et une attention particulière, on t’amène à réfléchir et à trouver en toi les réponses, c'est juste le jackpot. Tu as une superbe personne en face de toi et tu dois faire en sorte de la garder inchaAllah ^^

Maman de quatre enfants, Maryam a été diagnostiquée atteinte de fibromyalgie à l'âge de 38 ans. Je t'invite à lire cet article au sujet de cette maladie qui touche 2% de la population française.

Sans plus attendre, voici sa superbe interview.

 

Tout d'abord pourrais-tu te présenter ?

Salam Aleykoum/Bonjour !

Je m'appelle Maryam, j'ai 41 ans et maman de 4 filles, blogueuse et bientôt coach en développement personnel, je suis également en pleine création d'une association qui a pour sujet le bien-être de la femme et en parallèle je suis dans l'élaboration de futurs ateliers dédiés aux femmes, toujours en lien avec le développement personnel.

 

À quel âge as-tu eu ton diagnostic ?

J'ai eu mon diagnostic de fibromyalgie en 2013, donc à l'âge de 38 ans.

 

Comment l'as tu vécu ?

Mal ! Parce que pour moi, ce n'était pas un vrai diagnostic, je l'ai pris pour un diagnostic par défaut, même si le rhumato, me disait qu'il ne mettait pas en doute le fait que j'ai mal, pour moi ce diagnostic disait le contraire.

Comment est-ce possible qu'on ne puisse pas me dire pourquoi j'ai autant de douleur, pourquoi je suis fatiguée à ce point ?

Moi-même, j'étais en incompréhension totale de mon état.

 

Aujourd'hui tu as ton blog, tes pages et ton projet Chrysalide (association dédiée au bien-être de la femme) de plus tu es constamment en formation, que t'apportent tous ces projets ?

Ces projets m'apportent un épanouissement, j'aime faire ce que je fais et faire ce que j'aime. Je suis heureuse de pouvoir faire ce dont j'ai envie et par la grâce d'Allah, j'ai cette possibilité !

Vivre de sa passion ou ses passions est un grand privilège.

 

Pourquoi as-tu décidé de te lancer dans cette aventure (l'entrepreneuriat) ?

Je n'ai pas décidé, c'est venu à moi, je dirai même c'est ancré en moi depuis toujours, je ne me suis jamais posé la question, c'était comme ça point.

Quand j'ai pu enfin me lancer en 2011, mes symptômes n'étaient pas aussi fort qu'ils peuvent l'être aujourd'hui, d'ailleurs la maladie ayant progressé, j'ai dû revoir certaines choses, sans abandonner mes passions, je fais les choses différemment.

fibromyalgie

 

La maladie a-t-elle été un frein ou un tremplin ?

La maladie a été un frein et un tremplin. Souvent, elle est plus un tremplin qu'un frein. Je m'explique : ma première passion est la cuisine, j'aime ça. Je ne saurai expliquer ce que représente la cuisine à mes yeux, car elle représente tant de choses à la fois : le plaisir, le partage... Étant dans cette optique de partage, j'ai voulu partager ma cuisine avec les autres, leur faire profiter de mon savoir en leur permettant de goûter à de bons plats ou de bonnes pâtisseries, faits maison.

J'ai donc pendant un an de 2013 à 2014, cuisiné pour les autres, seulement la maladie a progressé et j'ai eu mon diagnostic. Travailler en cuisine devenait une terrible épreuve, puis c'est devenu pour moi une corvée, tant je souffrais de douleurs indescriptibles. J'ai dû à contre-cœur, laisser tomber ce projet.

À ce moment-là, une publication sur Facebook attire mon attention, une formation en ligne, pour créer son business sur internet, soubhanallah, Allah est là et IL m'envoie un signe.

Je saisis cette opportunité immédiatement. Pour moi il était évident qu'Allah m'envoie un message. C'est là que commence pour moi via WMA, l'aventure Mam's Cuisine. Je pouvais de nouveau partager ma cuisine, mais d'une autre manière, en partageant mes recettes, via des articles sur mon blog, mon e-book et des vidéos. El hamdolilah.

 

Pourquoi ?

Pourquoi ? Parce que quand je suis en pleine poussée, je suis incapable de bouger sans ressentir d'intenses douleurs, que je sois assise ou allongée. Parce que je suis tellement fatiguée que parler devient extrêmement difficile et encore plus fatigant. Parce que dans ces moments-là, je doute de mes capacités, je doute de moi et les larmes coulent.

Une fois ces poussées passées, bien que je ne sache combien de temps elles vont durer, un sentiment de bien-être m'habite. En effet, je me sens tellement bien de faire ce qui me passionne et ce, malgré la fatigue et les douleurs du quotidien.

Dans ces moments-là, la maladie devient un tremplin car je suis obligée de faire 2 voir 4 ou 5 fois plus de choses que je n'en aurais fait si j'étais en bonne santé.

En effet, pour moi le temps est précieux alors je l'optimise au maximum, en bougeant, en me formant, en rencontrant de nouvelles personnes, etc … Par conséquent j'avance.

Le fait d'avancer parfois plus vite que je ne l'aurai cru, me donne une grande satisfaction et une grande fierté et dans ces moments là, j'oublie complètement que je suis malade.

 

Quelles sont les choses dont tu es la plus fière ?

Je fière de moi tout simplement, fière des choses accomplies et des choses que je vais accomplir, car elles donnent un sens à ma vie ! Fière de ne pas abandonner, quoi qu'il arrive !

fibromyalgie

Parfois les rendez-vous chez les médecins, les examens et surtout la fatigue liée à la maladie nous renvoient directement à notre état et on ne peut l'ignorer, comment gères-tu ces moments plus difficiles dans ton quotidien ?

Les moments difficiles sont très destructeurs psychologiquement, car je me sens tellement diminuée que je me demande à chaque fois : "vais-je pouvoir me relever ?", tellement les journées sont longues et que le moment (difficile) dure un peu trop longtemps.

Ce n'est pas parce que je m'autorise le fait de ne pas accepter cet état, que je vais m'apitoyer sur mon sort. Mais le fait est là, et ne dépend malheureusement pas de moi. Alors tout en étant reconnaissante envers Mon Seigneur, je vis pleinement ce moment, et me laisse pleurer si cela devait être mon état du moment. Le tout est de ne pas refouler ses émotions, pour ne pas les reporter sur les personnes qui nous entourent et qui souffrent aussi de notre état.

Voilà comment, moi je gère ces moments, en m'acceptant, en acceptant ma tristesse, et ma détresse pendant ces instants, qui je te rassure, ne dure jamais plus de dix minutes.

 

 

Si aujourd'hui tu avais la possibilité de choisir entre une vie avec la santé et ta vie actuelle, quel choix ferais-tu ?

Je te dirai, que je n'ai pas à choisir, ni à faire des hypothèses. Mon état actuel, ma santé actuelle, m'appartiennent et hamdolilah, je vis bien avec, je suis heureuse. Qui a dit que la vie était une route sans embûches ?

 

Pourquoi ?

Parce que je suis celle que je suis, grâce aux épreuves de la vie, et ma maladie en fait partie, refuser mes épreuves, c'est me renier moi.

 

Beaucoup de femmes, qui suivent Sep'Possible sont atteintes de maladies diverses et variées et beaucoup d'entre elles sont dépassées par les sentiments contradictoires qu'elles vivent. Beaucoup n'osent pas en parler à la famille ou aux amies car la maladie reste taboue dans beaucoup de communautés, ou par simple pudeur. Quel message souhaites-tu leur laisser ?

J'aimerais leur dire que c'est normal de passer par plusieurs étapes. Moi-même je n'aime pas dire que je suis malade, les seules fois où j'en parle c'est quand je suis en période de poussée, ça m'aide, en dehors de ça, je n'en parle que très rarement ou pas du tout.

J'en parle si peu, que mon entourage proche, frères et sœurs, ne savent pas que je suis malade ou ont une vague idée de la chose. Seulement, ils ne se rendent pas compte de l'étendue de la maladie sur mon quotidien.

Je leur dirai, de faire comme elles le sentent, qu'elles ne sont pas obligées d'en parler, mais si elles en ressentent le besoin, qu'elles le fassent, en parlant à quelqu'un ou en tenant un journal intime.

Le principal, c'est de se sentir bien avec ses envies et ses émotions.

Si tu devais te donner un conseil, à toi, qui viens d'apprendre ta fibromyalgie, que dirais-tu à la Maryam d'il y a trois ans qui, face à elle-même, doit gérer cette épreuve 🙂 ?

Si je devais donner un conseil à Maryam, je lui dirai croit en toi !

 

Maryam, je te remercie pour le temps que tu m'as accordé.

Tu pourras retrouver Maryam, sur son super blog de cuisine (va faire un tour si t'es une feignante comme moi, ou que tu manques d'inspiration. Elle est très encourageante par la simplicité de ses recettes) :

www.mamscuisine.fr

La page de Mam's Cuisine

Tu peux aussi la retrouver sur sa page FaceBook, où Maryam poste quotidiennement des pensées, des citations, inspirantes et très motivantes.

En effet, sur Challenge Ton Moi, Maryam lance des défis et en tant que femme j'aime y participer, car nous le méritons. Donc si tu souhaites te défier, abonnes-toi en faisant un simple clic sur la page, tu verras tu ne le regretteras pas : https://www.facebook.com/challengetonmoi

 

Quand à moi, avant de te souhaiter une belle journée ou soirée.

 

 

Je souhaite ajouter que je me suis beaucoup retrouvée dans l'interview de Maryam. Surtout quand cette dernière explique ceci :

 

"Les moments difficiles sont très destructeurs psychologiquement, car je me sens tellement diminuée que je me demande à chaque fois : "vais-je pouvoir me relever ?", tellement les journées sont longues et que le moment (difficile) dure un peu trop longtemps."

ou encore ceci :

"Alors tout en étant reconnaissante envers Mon Seigneur, je vis pleinement ce moment, et me laisse pleurer si cela devait être mon état du moment. Le tout est de ne pas refouler ses émotions, pour ne pas les reporter sur les personnes qui nous entourent et qui souffrent aussi de notre état."

Mais aussi cela :

"Parce que je suis tellement fatiguée que parler devient extrêmement difficile et encore plus fatigant. Parce que dans ces moments là, je doute de mes capacités, je doute de moi et les larmes coulent."

ou encore ça :

"Une fois ces poussées passées, bien que je ne sache combien de temps elles vont durer, un sentiment de bien-être m'habite. En effet, je me sens tellement bien de faire ce qui me passionne et ce, malgré la fatigue et les douleurs du quotidien.

Dans ces moments-là, la maladie devient un tremplin car je suis obligée de faire 2 fois voir 4, 5 fois plus de choses. Choses que je n'aurais fait que si j'étais en bonne santé. En effet, pour moi le temps est précieux alors je l'optimise au maximum, en bougeant, en me formant, en rencontrant de nouvelles personnes, etc … Par conséquent j'avance. Le fait d'avancer parfois plus vite que je ne l'aurai cru, me donne une grande satisfaction et une grande fierté et dans ces moments, j'oublie complètement que je suis malade."

 

Pas encore inscrit ? Rentre ton adresse mail pour recevoir les news du blog et lire mon prochain article sur la famille ! 

2
5 Commentaires
  • Meryem
    avril 21, 2016

    Salam aleikoum
    Quelle touchante et émouvante ITW Maryam pour moi une rencontre à mes tous débuts en tant qu’autoentrepreneuse pleine de vie toujours prête à rendre service et tellement motivante
    Qu’Allah lui facilite et la préserve

  • Sandi
    juin 25, 2016

    Ça me donne du courage.je vis cette maladie tout les jour. K ALLAH nous garde .amine 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


WordPress spam bloqué par CleanTalk.

confiance en soi

Marre de manquer de confiance en toi ? Reçois 7 étapes essentielles pour en finir.

x